gil bartholeyns

  • Cette seconde note de discussion sur le jeu s’inscrit dans une réflexion anthropologique, esthétique et historique, dans l’esprit de la théorie critique selon laquelle plus on suivra ce qui a été dit sur le jeu et moins on en comprendra la nature.

  • Cette première note à discuter s’inscrit dans une réflexion anthropologique, esthétique et historique sur le jeu, dans l’esprit de la théorie critique selon laquelle plus on suivra ce qui a été dit du jeu et moins on en comprendra la nature.

  • la performance des images (introduction)

    Ce texte constitue l'introduction au livre collectif La performance des images (Editions de l'Université de Bruxelles, 2010). Il s'agit d'ouvrir un champ d'exploration des images du point de vue de ce qu'elles font plutôt que de ce qu'elles signifient.
    Les images agissent, mais comment ? Du fait d'un "pouvoir" qui leur serait naturel ? On penche plutôt ici pour une hypothèse culturaliste : les images agissent à partir du moment où elles sont utilisées dans des conditions particulières qui en font des agents sociaux. Aussi cherchera-t-on à déterminer les quatre modalités principales qui rendent les images agissantes : l'efficacité, l'agentivité, la performativité et la puissance.

  • Adam et l'Astragale

    Adam et l’astragale, deux faces d’une même question : celle de l’homme et de son humanité. Les auteurs proposent de poser la question de l'humain du point de vue de ses limites. Au lieu de demander aux sources la traditionnelle question philosophique « Qu'est ce que l'homme ? », il leur demande « Où s'arrête l'humain ? »

    Ce texte constitue l'avant propos de Adam et l'Astragale. Essais d'anthropologie et d'histoire sur les limites de l'humain, publié aux Editions de la Maison des Sciences de l'Homme (2009).

  • réflexions sur un livre à écrire

    Ce texte est le point de départ théorique d'un projet collectif dirigé par Gil Bartholeyns et Thomas Golsenne sur La Performance des images. Le livre sera publié fin 2009 par Les Editions de l'Université de Bruxelles. On n'y fera pas l'apologie néo-libérale d'une image compétitive et rentable, mais plutôt on se demandera : Qu'est-ce qui rend une image active, qui la fait fonctionner ? Et d'ailleurs que veut dire "fonctionner" pour une image ? Nous donnons ici un certain nombre de réponses, bien conscients qu'elles soulèvent des questions à leur tour. Aux lecteurs de les formuler.

  • image et transgression au Moyen Âge

    Pourquoi une image choque-t-elle ? Une réponse s'élabore au fil des pages autour du concept de montage : agencement des regards et des lieux, des figures et des temps. La méfiance croissante face aux images du mal, la naissance de l'émotion pornographique, l'émergence du graffiti contestataire, la destruction d'images par l'autorité qui les a commandées, l'élaboration savante de l'inimaginable : autant de phénomènes qui éclairent la transformation du rapport aux images en Occident. Transgression et image forment ici un couple dont l'histoire est mise en perspective avec le présent. Ce faisant, c'est la croyance en un pouvoir des images qui est décryptée.
    "A l'arrière de nos images" est l'avant-propos de Image et transgression au Moyen Âge, essai publié aux Presses Universitaires de France en avril 2008.